Adhérer

Devenez membre
et acceder aux ateliers, cours, activités, tarifs préférentiels, ...
En savoir plus

Inscrivez-vous pour rester informé de toute l'actualité de votre centre communautaire.




Dans l’Europe soumise au joug allemand, qu’il s’agisse des territoires occupés par le IIIe Reich ou dans les pays alliés à celui-ci, toute forme d’opposition est muselée. Arts, littérature, presse sont étroitement contrôlés et mis au service des régimes autoritaires.

Tel avait été le cas dès 1933 en Allemagne, où l’art a été mis au service du régime et de sa propagande.

Si les arts sont contraints et contrôlés, en revanche dans certains espaces leur exercice est des plus périlleux et l’expression artistique prend une résonance encore plus particulière et remarquable.

Dans les ghettos, les prisons et les camps de tous types qui se multiplient à travers l’Europe allemande et voient passer des millions de personnes, l’art devient un moyen à la fois d’échapper à la réalité mais aussi, et surtout, de fixer des témoignages sur ce qui se déroule alors dans ces endroits où la mort constitue souvent l’horizon probable.

L’écrit mais aussi le dessin, la peinture, la sculpture ou la musique constituent pour les victimes un socle sur lequel se reposer.


Partager

Facebook Twitter


Lundi
28 mars 2022


Date fin :
Jeudi
7 avril 2022